Archives du blog

1er édition du festival Rencontres du Film documentaire Africain au Togo

cinedocLa première édition de « Rencontres du Film Documentaire Africain » du 13 au 16 novembre 2013 au Togo a fait parler de lui. Son ouverture a eu lieu mercredi dernier lors d’une soirée très riche en couleur avec un grand hommage rendu au cinéaste togolais Blaise Kilizou Abalo, en présence d’un jeune célèbre réalisateur burkinabè Dimanche Yaméogo, invité pour la circonstance. Au total, le public a découvert quatre grands films documentaires, deux réalisés par l’école Ecran en hommage de Blaise Kilizou, et deux autres concernant les œuvres des deux cinéastes précités : « Kawilasi » (Sabi, la mort et moi) du disparu Blaise Kilizou et « Sur les traces du lion » du jeune Dimanche Yaméogo.

Selon Zoul, fondateur du Centre Mytro Nunya, l’un des organisateurs, « Rencontres du Film Documentaires Africain » est une initiative commune avec Joël Tchédré, président de l’association Africa doc Togo. Le but, c’est de mettre ensemble les réalisateurs, ceux qui s’intéressent au cinéma, en vu d’une meilleure promotion. « Les films documentaires africains sont peu diffusés. Ce festival c’est de l’occasion de les mettre au devant de la scène. L’idée durant ces quatre jours, c’est de montrer qu’il y a des créations togolaises, africaines en matière de documentaire, qui est un style particulier du cinéma », a-t-il expliqué.

Pour ce qui concerne l’hommage rendu au cinéaste Blaise Kilizou, Zoul a fait savoir que c’est une manière de lui témoigner son mérite, sa valeur pour le grand travail qu’il a abattu dans le cinéma au Togo. « On a procédé à l’ouverture de cet événement par un hommage à Blaise Abalo Kilizou, parce qu’on ne peut pas lui l’oublier. Avant d’organiser ce festival, en réalité, on avait prévu organiser une table ronde à ses cotés pour apprendre de ses expériences, alors qu’on cherchait à le contacter, qu’on a appris son décès. Donc, pour ce festival on a décidé de lui rendre un hommage particulier. C’était un homme très généreux vis-à-vis des jeunes réalisateurs togolais », a souligné ce dernier.

Même son de cloche avec Mme Christelle Aquéréburu, directrice générale de l’école Ecran. Pour elle, le cinéaste Blaise Kilizou est un grand model pour ses étudiants en cinéma. « Il a soutenu toutes les activités de l’école Ecran. La dernière ce fut l’atelier 100h Chrono qu’on a organisé sur la réalisation des courts métrages. Et lors de cet atelier, Blaise Kilizou, malgré son état de santé, nous a énormément  aidés. Donc, cet hommage est une occasion pour nous de lui dire merci pour tout ce qu’il a fait pour le cinéma au Togo », a-t-elle déclaré.

Le public a découvert également deux grands films lors de la soirée. Le premier est du disparu Blaise Kilizou : « Kawilasi » (Sabi, la mort et moi). Le deuxième est « Sur les traces du Lion » du jeune  réalisateur burkinabè Dimanche Yameogo qui est au Togo pour un atelier de formation de 5 jours (10 au 15 novembre 2013) sur le logiciel libre de montage « Cinalea », en partenariat avec l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Il s’est dit très honoré d’être invité à ce festival. « J’aime de telle  initiative en faveur du cinéma. C’est une grande opportunité donnée aux réalisateurs et aux acteurs du cinéma de se retrouver ensemble et de se partager des expériences. Ici, je suis heureux de partager mes expériences avec mes jeunes frères togolais », s’est-il exprimé.

Le festival « Rencontres du Film Documentaire Africain » a offert un programme alléchant : 4 grandes soirées avec 8 films aux deux centres culturels Mytro Nunya et Fil Bleu à Adidogomé. Entrée 500f CFA.

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :