Archives du blog

Religion / Nos pasteurs ambulants respectez la liberté d’autrui !

CM4-D« Racheter les armes perdues ». Tel est le combat que se livrent chaque jour nos pasteurs, responsables religieux. Pour ce faire, il est courant de voir des pasteurs et des apprentis pasteurs, arpentent les rues de Lomé, mégaphone dans une main, la Sainte Bible dans l’autre,  pour prêcher la bonne nouvelle. L’intention est fort louable et salutaire, mais encore faut-il que ces hommes qui se proclament oints de Dieu, choisissent le bon moment pour divulguer la parole  de Dieu.

Trois heures du matin, c’est l’heure que choisit un apprenti pasteur, pour sillonner les rues obscures et boueuses d’Adidogomé-Logogomé, pour appeler les brebis égarées à rejoindre les rangs, et les sensibiliser sur les vertus prônées par le livre saint. Muni de son mégaphone et de sa bible, il perturbe le sommeil des citoyens, qui après une longue journée de travail, ne demandent qu’à se reposer et se requinquer pour affronter la nouvelle journée qui s’annonce. Récitant les versets bibliques, qu’il semble maitriser parfaitement, récitation appuyée par des morceaux religieux, cet apôtre de Dieu exhorte ses compatriotes à l’amour, à la charité, à l’honnêteté et au respect des paroles du Tout-Puissant. Nul ne l’a jamais vu, puisqu’il prêche au moment où tout le monde est au lit ; mais tout le monde l’entend prêcher, puisqu’il arrive à réveiller tout le monde de son sommeil. Tout le quartier se plaint des désagréments qu’il cause. Il prêche presque toutes les nuits, mais personne ne sait au juste de quelle église il est pensionnaire.

Le phénomène devient de plus en plus récurrent et prend des proportions inquiétantes. Ils sont nombreux, à l’instar de ce dernier, à déambuler dans les rues de notre capitale, de jour comme de nuit, prostrés aux carrefours, défiant les intempéries naturelles, pour divulguer dans la masse, les paroles du Très-Haut. Ils font énormément de bruit à des heures pas possibles, où les autres ont besoin de se reposer, violant ainsi la liberté d’autrui. Dès fois, certains parmi eux s’ingèrent dans la politique.

Rencontré un jour dans la rue de Lomé, l’un d’eux, qui a réussit à se faire célèbre, a passé toute la journée, assis sur sa moto, à la jonction de l’Avenue des Hydrocarbures et de l’Avenue de la Libération. Il aborda non seulement les thèmes religieux, mais s’invita aussi sur le terrain politique. Dans son homélie, il s’est attaqué aux ressortissants du Sud Togo, qu’il accuse de ne pas cultiver la fibre fraternelle. Selon lui, « si les Kabyé sont au pouvoir, c’est parce qu’ils connaissent les valeurs de la fraternité, ce qui manque cruellement chez les sudistes. Si un Kabyé est à un poste de responsabilité, il cherche à embaucher ses frères du village, et c’est cette vertu qui fait leur force. Par contre, un sudiste qui gravit les échelons, cherche plutôt à noyer ses frères, se taillant ainsi à lui seul la part du lion », a-t-il indiqué. « Lorsque ce pays tombera dans les mains des Sudistes, la situation sera encore plus dramatique » a-t-il prophétisé.

Cette violation des libertés d’autrui par des évangélistes, repose la problématique du vacarme entretenu dans les quartiers par les églises charismatiques, qui malheureusement poussent à tous les coins de rue. Intervenant sur la question, un pasteur d’une de ces églises s’indigne, « ce sont les tonneaux vides qui font du bruit. Un pasteur bien formé et qui se respecte, ne peut pas installer des baffles sur les murs de son église pour perturber les citoyens. Il doit savoir que chacun a droit à sa liberté. Dieu n’a jamais demandé d’importuner les autres en son nom. Mes collègues pasteurs doivent retourner à l’école du civisme », a-t-il conseillé.

En effet, le bruit occasionné par les églises, crée de véritables désagréments pour les citoyens. Vivre à coté ou en face d’une église charismatique est un calvaire. On ne peut plus se reposer, on ne peut plus écouter la radio ou regarder la télévision, les élèves ne peuvent plus réviser leurs leçons.

Il est tant que les autorités municipales prennent leur responsabilité, pour mettre un peu plus d’ordre dans ce secteur, qui au lieu de semer l’amour, la fraternité, l’amitié et la concorde au sein de la société,  crée plutôt la discorde et la mésentente entre fidèles et non-fidèles.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :